Menu
08-02-2011

La Praline, poésie par Grand'ry Marilyse

D’après un extrait du livre « Les pensées de Marylise »


Alors que je lis tranquillement,
Mes yeux se détournent
Des pages que je tourne.

Toute mon attention, à cet instant,
Est capturée
Par cette praline cachée
Dans son écrin doré.

Emballée pour mieux être désirée,
Enveloppée pour être déshabillée,
Elle me tente à en perdre ma dignité.

Je sens son odeur sucrée.

Mes narines en frémissent,
Mes lèvres se plissent,
Mon corps s’avance
Pour mieux la regarder.

Je pose mon regard avec insistance
Sur cet homme assis à ses côtés
Et qui bois son café
Sans même la regarder.

Là, simplement posée
Elle me nargue gentiment ;
J’en prends si rarement.

Tant pis, je deviens dissipée,
Ma conduite est indisciplinée,
Mais avant d’avoir eu le temps
De faire un mouvement,
Ce voisin tout à fait charmant,
Me la propose gentiment.

Doux moment d’étonnement.
Il n’en veut pas, vraiment ?

Je tends légèrement la main,
La prends délicatement,
La déshabille lentement,
La porte à mes lèvres,
Entrouvre ma bouche.

Même si cet homme me trouve louche,
Je l’oublie pour mieux apprécier
Ce doux moment de fièvre,
D’extase, de plaisir raffiné.

Je ferme les yeux
Sous ce ciel bleu.
Je soupire doucement,
La laisse fondre en douceur
Dans ma gorge en chaleur.

Son liquide s’échappe lentement
Et émerveille mes papilles
Qui en frétillent.

Pour en retenir les dernières substances,
Je passe ma langue sur mon palais en émoi,
Et savoure les dernières saveurs
De ce délicieux chocolat.

Quel doux bonheur
Que cet instant d’égarement.

Surtout ne rien laisser,
Aller jusqu’au bout de ce moment,
En léchant mon doigt enrobé
De cette matière douce et sucrée.

L’homme me regarde, en souriant.

« Voulez-vous que j’aille vous en rechercher ? » 

 

Contactez Grand’ry Marylise

Download PDF [0 KB]
« Terug naar overzicht
We gebruiken cookies om ons te helpen uw ervaring op onze websites verbeteren. Wilt u cookies accepteren? Aanvaarden Meer info