1900 - à ce jour

Jusqu’au début du XXe siècle, le chocolat est resté le privilège unique des gens riches et célèbres. Le chocolat est resté très cher en raison du prix très élevé du cacao et du sucre au XIXe siècle. Pour les fabricants de chocolat, la croissance du marché du chocolat n’a pas pu être atteinte par la croissance du groupe à revenu élevé.

Vers 1900, le prix des deux principaux ingrédients du chocolat – le cacao et le sucre – a énormément chuté. En outre, la libéralisation du commerce du cacao et l’abolition des taxes gouvernementales sur le cacao ont entraîné une démocratisation accrue du cacao et du chocolat. Par conséquent, en dix années de temps, le chocolat est devenu abordable pour un nombre croissant de consommateurs de la classe moyenne durant la première moitié du XXe siècle.

En Italie, Francesco Buitoni, un parent de la célèbre famille de fabricants de pâtes, a commencé à développer ses activités de chocolat en 1907. En 1922, il inventa et commercialisa le fameux « baci », qui signifie baiser en Italien. Ce sont de petits chocolats, enveloppés dans du papier argenté contenant un message d’amour. Le chocolat et la romance vont de pair.

Usine Callebaut

Dans toute l’Europe, fin du XIXe siècle et début du XXe, de grands noms firent leur apparition dans le monde du chocolat : comme notre propre marque Callebaut® qui commença à produire du chocolat pour les boulangers, chocolatiers et chefs pâtissiers.

usine

Le début du XXe siècle annonça l’explosion de l’industrialisation de la production du chocolat partout en Europe et aux E-U. Des pays comme la Belgique employaient 2200 personnes en 1910, un nombre qui a été porté à 6180 en 1937. Ceci donne une indication claire de l’augmentation des volumes produits.

Barre Callebaut

La barre de chocolat est une invention belge des années 1920. Partout en Europe, les tablettes de chocolat d’environ 150 g devinrent de véritables best-sellers. La Belgique fut le premier pays à réduire la taille à 30 g et 45 g et à réaliser la forme de tablette qui a été reprise par beaucoup de producteurs étrangers. La barre de chocolat est devenue un en-cas populaire et abordable pour un plaisir ultime et individuel.

Une troisième invention importante (de nouveau belge) fut réalisée par Frans Callebaut, l’un des propriétaires de la marque Callebaut®. Il pensa à une façon de produire du chocolat de couverture (c’est-à-dire du chocolat à haute teneur en beurre de cacao/graisse de lait, principalement à usage professionnel), de le stocker et de le transporter sous sa forme liquide. Ce procédé révolutionnaire éliminait la nécessité de solidifier d’abord le chocolat en blocs, en tablettes ou en barres et permettait une livraison directe aux fabricants alimentaires. Ceci diminuait également les coûts de production du chocolat, ce qui permit d’intégrer le chocolat dans une toute nouvelle gamme de produits alimentaires comme les céréales pour petit-déjeuner, les pâtes à tartiner, les barres fourrées et les friandises.

Après la 1re Guerre mondiale, le chocolat gagna lentement mais sûrement un statut en Europe moyenne et aux E.U. qui le transforma d’une gâterie exclusive en un produit de consommation de masse. Avant la 1re Guerre mondiale, la classe ouvrière en Europe ne pouvait goûter et déguster le chocolat qu’à des occasions très spéciales et rares comme la Noël ou les anniversaires. Les faibles revenus et les prix élevés du chocolat en faisaient toujours un produit de luxe. Tout ceci changea après la 1re Guerre mondiale avec une nouvelle vague d’industrialisation et d’automatisation dans la production du chocolat, la Belgique étant à l'avant-plan dans la maximisation de la rentabilité.

moule des années 1920

Le développement des produits de chocolat a également été porté à des niveaux élevés. Il n’était plus limité aux boissons et aux pralines. Une gamme pratiquement infinie de nouvelles possibilités en figurines creuses, friandises, oeufs fourrés, truffes, biscuits, bâtons de crème glacée, pain et petits pains fut développée.

De la 2e Guerre mondiale à ce jour, les différences dans les volumes de consommation de chocolat entre ouvriers, employés et les groupes aux revenus les plus élevés ont pratiquement disparu. Il semblerait cependant que les ouvriers ont tendance à préférer le chocolat en tablettes et en barres (friandises) tandis que les groupes aux revenus plus élevés sont plutôt séduits par les pralines.

Publicité Callebaut

La principale raison du succès de l’introduction du chocolat dans les familles aux revenus plus faibles et modérés ne fut pas seulement la diminution du prix de vente des produits de chocolat au cours des années 1930 et 1940. Les historiens ont indiqué que pendant la période entre-deux-guerres et après-guerre, le chocolat était l’aliment le meilleur marché par kilo-calorie par rapport aux oeufs ou à la viande. Beaucoup d’ouvriers considéraient dès lors la barre de chocolat comme un aliment délicieux et bien pratique qui leur permettait de récupérer très rapidement de leur dur labeur.

Dauphin en chocolat Mexicain en chocolat

Etant donné que selon la croyance générale, le chocolat avait des vertus fortifiantes, qu’il pouvait favoriser votre vie amoureuse et qu’il jouissait du statut de produit de luxe devenu abordable, il devint très attrayant.

La croissance massive du marché du chocolat fut établie entre la 2e Guerre mondiale et les années 1980. La consommation s’intégra de plus en plus dans les habitudes alimentaires journalières.

Chocolat Kohler Chocolat Menier

Par le développement de nouveaux produits, le chocolat était également devenu un rehausseur de goût dans quantité de nouveaux aliments nutritifs.

Depuis les années 1990, beaucoup de consommateurs ont montré une attitude vis-à-vis de la nourriture en général plus équilibrée et plus sobre que dans les années quatre-vingt. La santé était fortement rapprochée de ce que l’on mangeait. Alors que les années quatre-vingt étaient basées sur l’élimination et l’interdiction de toutes les sortes de sucres et de graisses de notre alimentation, elles ont été réintroduites dans les années 90 mais sous une forme modérée et souvent pure et naturelle : la production de chocolat biologique, casher ou 100 % végétal a alors fait son apparition.

le plaisir du chocolat

La grosse différence était qu’à partir des années 90, les aliments délicieux et sains étaient mis sur le même plan. Ceci explique pourquoi le chocolat est resté populaire : pour des millions de personnes, le chocolat offrait le plaisir et la joie ultimes et était considéré comme pur et sain si consommé avec modération.

La fin des années 90 et le début du XXIe siècle ont donné une nouvelle impulsion au chocolat. De plus en plus de consommateurs dans le monde recherchaient activement un aliment non seulement délicieux mais apportant aussi quelques avantages fonctionnels pour la santé et l’organisme. Des études scientifiques sur le cacao et le chocolat ont déjà révélé quantité d’avantages potentiels d’une consommation modérée de cacao et de chocolat et d’autres sont encore attendues. Peut-être les médecins espagnols et les premiers scientifiques du XVIIe siècle avaient-ils finalement raison lorsqu’ils parlaient des avantages nutritionnels et salutaires de la fève de cacao et du chocolat.